08 juillet 2005

London for never

Vraiment les terroristes ne respectent plus rien. Normalement, Londres, c'était sacré puisque c'est là que terroristes et capitalistes se rejoignent, en zone neutre en quelque sorte: c'est là en effet que les deux sortes d'exploiteurs bien complémentaires de cette humanité opèrent les transferts nécessaires de fric et d'informations permettant aux uns et aux autres de faire leurs petites affaires et de plus que prospérer (sans le fric de Bush, que pourrait son copain Ben laden?). Normalement Londres eût dû être le dernier endroit à la mode rayon terrorisme, pour l'organisation et l'intendance du terrorisme d'accord mais pas pour la mise en pratique: il y a vraiment un manque de communication et surtout de contrôle des troupes. Evidemment on peut comprendre que des super fanatiques de la base déjantent: le G8 et les JO, ça fait vraiment beaucoup en même temps, c'est vraiment beaucoup tenter le diable, on pourrait sûrement plaider pour eux la grosse circonstance atténuante de la pulsion irrépressible, mais tout de même que le terrorisme attaque son propre coeur d'action, s'attaque lui-même... Enfin, bien égoïstement dit, l'essentiel est que mon beau-fils en soit sorti indemne, lui qui prestait là son dernier jour de boulot anglais, ma fille et les enfants sont déjà eux revenus en France et moi je suis bien content de ne plus me farcir Londres tous les 3 ou 6 mois: c'est beau l'Angleterre, en tout cas ses parcs et son foot, dommage seulement que ce soit peuplé d'Anglais.

Posté par Zailm Numinos à 21:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur London for never

Nouveau commentaire